• L'étoile de Pandore, tome 1

    Pandore abusée

    L'étoile de Pandore, tome 1

    L'étoile de Pandore, tome 1

     

    Editions : Milady
    Auteur : Peter F. Hamilton
    Genre : Science-Fiction / Space-Opera
    Pages : 672
    Prix Moyen : 9 euros


    Deux étoiles, observées par un astrologue, se munissent soudainement d'une enveloppe que la technologie humaine ne pourrait ériger et encore moins à la vitesse qu'elle l'a fait ! Phénomène inédit et très troublant. Mais ce n'est pas tout, l'une d'elle se volatilise à un millier d'années-lumière de là. La logique en prend un coup et le mystère est à son paroxysme. Il va être décidé de construire le premier vaisseau allant plus vite que la vitesse de la lumière afin d'aller voir ce qu'il se passe avec cette mystérieuse étoile...

    Cependant tout cela prend du temps à se mettre en place, et avant de voir les chemins des personnages se croiser (car ils se croiseront plus ou moins directement), on suivra un morceau de leurs chemins respectifs et personnels, ce qui a pour effet de nous faire découvrir l'univers petit à petit à travers plusieurs yeux et plusieurs vies.

    En effet, tout au long du roman on découvre une multitude de personnages ayant chacun sa personnalité. On en suit bien une vingtaine. L'auteur nous ballade d'un personnage à l'autre et d'un coin de l'univers à l'autre sans crier gare et bien que cela puisse être perturbant au départ, on se rend compte que c'est efficace et que ça offre une bonne immersion à ce riche univers. Car riche, il l'est, non seulement par sa multitude de personnages mais aussi par les sociétés que ceux-ci occupent ainsi que les différents être vivants et les technologies peuplant l'univers.

    À cette époque, on a des implants en tous genres et on est physiquement connecté à l'unisphère, sorte de toile internet s'étendant dans la galaxie. On a également des tatouages bio-technologiques nous permettant d'interagir avec l'unisphère et le reste du monde, et de la sorte appeler un taxi ou autre devient très simple et sans efforts ! Le rajeunissement corporel est aussi une pratique courante, elle permet de rajeunir son corps, ses muscles, ses cellules et autre comme si on renaissait mais en restant la même personne avec son âge et son expérience. Grâce à cela, la plupart des protagonistes en sont à leur 2ème ou 3ème vie (voire plus) et donc dépassent parfois les 200 ans de notre échelle vitale. On vit donc éternellement, ou presque car il se peut que l'on soit assassiné.

    Mais là encore, la société à trouvé le moyen de palier à cela: On peut sauvegarder sa mémoire, ses souvenirs, bref une copie conforme de son cerveau (si désiré car on peut aussi effacer des souvenirs) afin de les implémenter dans un nouveau corps "vierge" ou un clone une fois que notre corps d'origine est mort. L'humanité est donc quasi immortelle et la société est fort stable et prospère assez bien. Seule des actes terroristes d'un groupuscule parvient à bousculer de temps à autre cette société.

    Ça ne sera pas sans mal, mais comme le roman nous le fait comprendre, l'expédition de Second-Chance arrivera sur les lieux de sa mission et va pouvoir lancer ses études sur la fameuse étoile. C'est le commencement des ennuis mais aussi la fin de ce premier tome qui donne très envie d'attaquer le suite sans délais !

    Je découvre ici cet auteur et son style me plait, le fait de nous faire suivre autant de personnages pour rendre son univers vaste et riche est efficace et plaisant. C'était pour moi une première expérience dans trois domaines: l'auteur, le space-opera et ce style très riche et rempli de personnages. Je n'avait encore rien lu qui recueillait tant de protagonistes.

    Bref, paris tenu, je vais me lire le cycle !


    Vous pouvez retrouver cette critique sur Psychovision ou sur Babelio.

     

    « L'affaire Charles Dexter WardAnnonce de début d'année »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :